Lifestyle

À la découverte d’un loft aux portes de Paris entre design et artisanat

« Beau : adjectif. Qui suscite un plaisir esthétique d’ordre visuel ou auditif » décrit le Larousse dans sa dernière édition. Si le mot tend à se faire l’évocation galvaudée d’une tendance esthétique réconciliant l’architecture d’intérieur avec un certain sens de l’absolu, il vient aussi asseoir le parti-pris créatif de BEAU, un bureau d’aménagement d’intérieur qui, chaque mois, offre une sélection thématique d’objets vintage de qualité, chinés en France. Lancés par Morgane Urbain et Emmanuel Cruellas, co-fondateurs du studio de création Bonhomme, ce concept store digital aux objets emplis d’âme se veut une vitrine de leur signature stylistique, celle dont leur appartement du Pré Saint Gervais se fait le berceau naturel. Et pour cause, dès notre arrivée dans ce loft atypique à l’atmosphère symbiotique, on ne peut que remarquer les œuvres d’art et trouvailles de brocante qui viennent ponctuer l’espace avec une pertinence bluffante. Colonne romaine, visage sculpté XXL, vase antique monumental ou encore fauteuil design aux faux-airs vintage : ceux qui viennent de finir la rénovation d’un bureau de 600m2 rue de Courcelles, à Paris, ont pris soin de sélectionner chaque protagoniste décoratif de leur appartement avec une attention toute particulière, respectant l’esprit épuré des lieux. Ancienne usine réhabilitée en logement, l’appartement entièrement rénové révèle en effet des volumes opulents déclinés sur des lignes néo-brutalistes. “Notre premier parti-pris a été d’absolument tout repeindre en blanc. Le sol, les murs, le plafond” avance Morgane Urbain qui souhaitait ainsi adoucir le passé industriel de l’habitation tout en y apportant clarté, le loft ne disposant que d’une seule source de lumière naturelle.

À lire aussi :  15 studios stylés qui ne ressemblent pas à des studios

L’art de la cohérence visuelle

Espace cubique à la hauteur cathédrale, la pièce à vivre principale déclinant salon, cuisine et salle à manger se voit structurée par des partis-pris architecturaux forts, tels que le module accentuant la profondeur de la pièce ou l’immense verrière faisant office de cloison pour la chambre et le bureau superposés. « Pour la cuisine par exemple, on a choisi de ne pas avoir de modules hauts pour ne pas casser cette belle hauteur sous plafond. Et toujours dans l’idée d’avoir un lieu qui est tout en longueur, on a cette table qu’on a fait faire sur mesure puisqu’elle est très fine et très longue, et elle rappelle les formes en arabesques de la verrière » poursuit la propriétaire. Des échos décoratifs en somme, que l’on retrouve également entre les courbes du miroir en vannerie de bambou et celles de la verrière, ou encore entre les palettes chromatiques des différentes pièces. « On a une gamme de couleurs comme dans le reste de l’appartement qui est très neutre autour des beiges, des blancs avec un petit peu de kaki parce que c’est ma couleur favorite » précise-t-elle. Quant aux matériaux, ils font la part belle aux plus nobles d’entre eux, comme le bois, la pierre ou le lin, affiché sur des rideaux monumentaux. « L’objectif, c’était de se dire on a une boîte blanche qui met en avant nos trouvailles et nos chines mais qui en même temps sont rehaussées par des matériaux très chaleureux et très naturels » conclut Morgane Urbain. Une harmonie entre passé et présent en somme, tendance et convivialité, qui vient signer l’ADN d’un appartement que, nous aussi, on se voit bien habiter.

Source link