Lifestyle

Aïd al-fitr : ces monuments illuminés pour la fin du ramadan

Ramadan n’est plus depuis une dizaine de jours. Pourtant, après un mois de jeûne, de prières, d’adoration et de lecture du Coran plus soutenue que le reste de l’année, il n’est pas rare d’avoir toujours l’impression de n’avoir pas quitté le mois béni, les jours, voire les semaines qui le suivent.

Qui n’a pas ressenti, banalité s’il en est, ces petites frayeurs et autres pics d’adrénaline après avoir bu un verre d’eau et cru une fraction de seconde avoir « cassé son jeûne », parfois longtemps après ramadan ? Puis avoir rapidement repris ses esprits, et, soulagé, apprécié le précieux liquide, non sans une pointe de nostalgie. Ramadan est définitivement un mois très spécial.

Prolongeons-le quelque peu aujourd’hui en revenant sur les célébrations de l’Aïd al-fitr à travers le monde.

Cette année encore, dans des pays tant musulmans que non musulmans, municipalités et acteurs privés ont choisi d’illuminer un monument, le plus souvent emblématique, pour cette fête qui marque la fin du mois de jeûne et annonce chawwal, dixième mois du calendrier musulman. Tour d’horizon.

Commençons par La Mecque, en Arabie saoudite, et la Tour de l’horloge, élément du complexe résidentiel des Abraj Al-Bait Towers.

A Kuala Lumpur (Malaisie), l’Aïd al-fitr a illuminé le Kuala Lumpur City Centre ainsi que le pont Saloma Bridge.

A Edmonton (Canada), c’est le High Level Bridge, célèbre pont qui s’est illuminé.

Idem pour la Tour nationale du Canada.

Toujours en Amérique du Nord, mais cette fois aux Etats-Unis, cette année encore à New York, l’Empire State Building fut au rendez-vous pour l’Aïd al-fitr.

Sur la côte Ouest, la ville d’Irvine (Californie) a illuminé le bâtiment du Irvine Civic Center.

Toujours aux Etats-Unis, les mairies de Dublin et de San Ramon ont elles aussi été illuminées.

Outre-Atlantique, à Leeds comme à Londres, l’Aïd al-fitr a là encore été publiquement célébrée.


Les bâtiments municipaux illuminées en vert pour l'Aïd al-fitr et la fin du ramadan

Toujours à Londres, mais en plein jour, des lampadaires ont été ornés de drapeaux réalisés par des habitants, sous l’égide de la Rosetta Arts. L’organisation mandatée pour trois ans pour célébrer l’Aïd al-fitr, l’Aïd al-adha, mais aussi la nuit du Destin.

Ces illuminations qui célèbrent les fêtes musulmanes sont en passe devenir une tradition bien ancrée dans nombre de pays non musulmans.

Citons encore l’illumination, par le passé, de la Auckland Sky Tower en Nouvelle-Zélande.

Celle du Guildhall, un bâtiment de la Cité de Londres, au Royaume-Uni.

Celle de la guérite du château de l’université de Durham, ville du nord-est de l’Angleterre.

Et enfin l’illumination à Hyndburn, dans le Lancashire (Angleterre), de la Mercer Memorial Clock Tower pour marquer l’Aïd al-adha et le hajj, pèlerinage à La Mecque.

La tour Eiffel un jour en vert ? Il est peu probable que cela advienne de sitôt. Même si l’emblème de la France par excellence s’illumine parfois à l’occasion de divers événements (Nouvel An chinois en 2004, Coupe du monde de rugby en 2007, Fashion Week en 2015 ou encore en hommage des victimes des attentats de Nice en 2016), la crispation très française autour de l’islam et des musulmans interdit de fait toute célébration de la moindre fête islamique.



Source link