Lifestyle

Brigitte Bardot dévoile sa dernière volonté : “Avant mon grand départ…”

Brigitte Bardot est totalement indignée par le commerce de viande de cheval, à tel point qu’elle a fait part d’une dernière volonté “avant son grand départ”…

Après les photos du chef d’État à l’abattoir de Rungis, l’inauguration de la Foire aux chevaux de Maurs, prévue pour le 2 mars, est la goutte de trop pour Brigitte Bardot. À travers un message relayé sur Twitter par le journaliste de l’AFP, Jean-François Guyot, celle qui a fait de la protection animale le combat de toute une vie, fait un “appel au gouvernement français” et au président Emmanuel Macron, le 1er mars 2023. Dans son message, elle fait part de sa dernière volonté.

Brigitte Bardot scandalisée par la foire aux chevaux

L’ancienne actrice de 88 ans commence sa supplique en rappelant la force et la longévité de son combat pour la protection et la cause animale. Elle affirme : “Depuis 50 ans, ‘un demi-siècle’, je me bats pour que mon pays abolisse l’atroce hippophagie, cette consommation de viande de cheval“. Elle revient par la suite sur le sens profond de son indignation, selon Brigitte Bardot, cette pratique “n’a plus aucune raison d’être à notre époque“, en plus d’être une “honteuse reconnaissance à tout ce que ces animaux magnifiques ont apporté aux humains“, déclare-t-elle.

Brigitte Bardot supplie le gouvernement de cesser les foires aux chevaux : “Je le mérite”

Dans la suite de ses paroles, Brigitte Bardot n’énonce qu’une seule revendication : “Je demande que ces foires aux chevaux, qui sont d’atroces couloirs de la mortsoient interdites”. Elle précise tout de même : “Et que tout commerce mortifère soit immédiatement aboli“. Mais BB ne s’arrête pas là et justifie sa demande en expliquant : “Je mérite, après 50 ans de combat, qu’on m’accorde enfin cette victoire avant mon grand départ“. 

Brigitte Bardot, “choquée” par Macron : elle s’indigne

Quelques jours plus tôt, Brigitte Bardot avait fait part de son indignation après la publication des photos du président de la République aux abattoirs de Rungis. Le 27 février, l’ancienne comédienne s’était offusquée : J’ai été choqué, le mot est faible, écœurée en voyant MACRON, le mardi 21 février, aux abattoirs de Rungis, entouré de bouchers, faisant un discours tout sourire, au milieu des carcasse sanglantes et encore tièdes des animaux“.

Et d’ajouter : “Quel atroce décor choisi par le Président inconscient qui se repaît de la mort des animaux !“. Son initiative et sa prise de parole ont en très grande partie été saluées dans les commentaires du tweet. Beaucoup l’ont remerciée pour son dévouement et son combat pour la cause animale.

Source link