Politics

Inflation. Le Smic augmentera « d’un peu plus de 2% » au 1er mai

Inflation. Le Smic augmentera « d'un peu plus de 2% » au 1er mai

La Première ministre Élisabeth Borne a annoncé vendredi matin que le Smic augmenterait « d’un peu plus de 2% » au 1er mai et appelé les entreprises à « renégocier les grilles salariales » pour défendre le pouvoir d’achat après une inflation en mars un peu plus forte qu’envisagée.

Cette inflation qui a atteint 5,7%, soit légèrement plus que les 5,6% initialement prévus par l’Insee, va conduire mécaniquement « à une revalorisation du Smic au 1er mai d’un peu plus de 2% », portant à 6% son augmentation sur un an, a expliqué la cheffe du gouvernement lors d’un déplacement à Hanches, en Eure-et-Loir.

Une revalorisation mensuelle de 30 euros

Selon le cabinet du ministre du Travail Olivier Dussopt, la hausse sera de 2,19%. Le Smic net mensuel sera ainsi revalorisé de 30 euros à 1.383 euros pour un temps plein de 35 heures.

Lors de la visite d’un hypermarché, qui a été interrompue à plusieurs reprises par quelques manifestants hostiles à la réforme des retraites, Élisabeth Borne a appelé les entreprises à « renégocier au plus vite les grilles salariales » pour les employés afin que les salariés qui gagnent un peu plus que le smic ne soient pas pénalisés. « J’invite toutes les branches professionnelles et toutes les entreprises qui le peuvent à se mobiliser aussi pour répondre à cette première préoccupation des Français qui est le pouvoir d’achat », a-t-elle déclaré.

Le Smic bénéficie chaque année d’une hausse mécanique au 1er janvier qui tient compte de la hausse des prix pondérée pour les 20% de ménages aux plus faibles revenus. Des revalorisations interviennent aussi en cours d’année dès que l’inflation dépasse les 2%.

La Première ministre défend le « panier anti-inflation »

Lors de ce déplacement, la Première ministre a également assuré que le « panier anti-inflation » mis en place par la grande distribution a permis d’éviter une forte hausse des prix.

« Grâce au trimestre anti-inflation, avec cet engagement des distributeurs à rogner sur leurs marges pour protéger le pouvoir d’achat, on a pu éviter cette flambée des prix de l’alimentation et des produits d’hygiène », a affirmé la cheffe du gouvernement.
Elle a également assuré que « pour toutes les enseignes qui se sont engagées dans le trimestre anti-inflation (qui arrive à échéance le 15 juin), sur les produits qui sont dans le panier, les prix ont baissé de 5% en moyenne ».

Elle a estimé à 7% cette baisse pour le réseau Système U, dont elle visitait l’un des magasins.

Source link