Politics

Justice. Accident lors d’une course sauvage à Bordeaux : le conducteur écroué

Justice. Accident lors d'une course sauvage à Bordeaux : le conducteur écroué

L’automobiliste de 32 ans qui a perdu le contrôle de son véhicule vendredi soir à Bordeaux lors d’une course de voitures sauvage, faisant 13 blessés, a été mis en examen et écroué, a annoncé le parquet dimanche. Le conducteur a été mis examen pour blessures involontaires aggravées (délit de fuite et manquement délibéré aux règles de conduite) et infraction à la loi sur les rodéos motorisés.

Il a été immédiatement placé en détention provisoire jusqu’à sa comparution fixée au 7 juin devant le tribunal correctionnel de Bordeaux. Les trois passagers de la voiture sont également sortis de garde à vue, mais sans être poursuivis.

« Venus d’abord en spectateurs, les quatre hommes s’apprêtaient à repartir en fin de +spectacle+ quand le chauffeur a décidé de faire des tours de piste au volant de sa Citroën C3+ », explique dans un communiqué la procureure de la République Frédérique Porterie.

De « forts regrets »

L’homme, qui « n’est ni pilote professionnel ni même habitué à ce genre d’exercice », a fait deux tours de piste « alors que ses amis lui demandaient d’arrêter ». Il a tout de même « entamé un troisième tour de piste » et « compte tenu de la chaussée glissante et de son manque d’expérience en matière de conduite sportive, il a subitement perdu le contrôle du véhicule », précise la magistrate.

Son casier judiciaire ne porte aucune trace de condamnation et il a exprimé de « forts regrets », ajoute le parquet. « En état de sidération et par crainte d’un drame », il avait ensuite fui avant d’être stoppé dans la commune voisine de Bassens.

Aucun des 13 blessés n’est à ce jour hospitalisé, souligne le parquet qui évoque cependant un « véritable traumatisme psychologique » chez ces victimes. « C’est en effet un véritable miracle que de ne pas dénombrer de morts dans cette affaire », s’indigne la magistrate, rappelant que les rodéos ou « run » urbains sont « formellement interdits par la loi ».

Source link