News

le policier, qui invoque la légitime défense, toujours en garde à vue

DIRECT. Le policier qui a causé la mort de Nahel M. aurait soutenu avoir agi au nom de la légitime défense durant sa garde à vue. Celle-ci va se poursuivre jusqu’au jeudi 29 juin. L’intervention n’aurait pas été conforme aux règles, selon Gérald Darmanin.

L’essentiel

  • Nahel, 17 ans, est mort mardi 27 juin, tué par un tir de policier, à Nanterre, après un refus d’obtempérer.
  • Florian M., auteur du tir sur Nahel M., est suspecté d’homicide volontaire et visé par une enquête de l’IGPN. Sa garde à vue a été prolongée jusqu’à jeudi 29 juin au matin.
  • Le policier indique avoir tiré sur Nahel au moment où celui-ci lui aurait foncé dessus en voiture. Cette version a été contredite par des vidéos qui seront analysées pour l’enquête.
  • La mort de Nahel est “inexcusable”, a déclaré Emmanuel Macron, mercredi 28 juin. De son côté, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a jugé que l’intervention policière “n’était manifestement pas conforme à la loi”. Le policier reste présumé innocent.
  • Les avocats de la famille de la victime estiment que le tir du policier était “prémédité” et ont déposé deux plaintes visant les policiers pour homicide volontaire et complicité. Une troisième plainte pour “faux en écriture publique” a été déposée, dénonçant les déclarations mensongères faites par les policiers concernant la mort de Nahel.
  • La mort de Nahel a donné lieu à de nombreux incidents à Nanterre et en Île-de-France. Mercredi 28 juin, quelques débordements ont eu lieu, donnant lieu à 18 interpellations dans les Hauts-de-Seine.
  • La mère de Nahel appelle à une marche blanche, jeudi 29 juin, à 14h, devant la préfecture des Hauts-de-Seine.

En direct

23:40 – La famille du policier en garde à vue aurait été relogée

FIN DU DIRECT – Le policier à l’origine du tir qui a tué Nahel M. est toujours en garde à vue, mercredi 28 juin au soir. Son identité et son adresse ont été divulguées sur les réseaux sociaux, et sa femme et son fils auraient été relogés, annonce Le Parisien. La maison du couple est placée sous surveillance policière.

23:10 – 18 interpellations dans les Hauts-de-Seine mercredi

Après la mort de Nahel, tué à Nanterre lors d’un contrôle de police, plusieurs manifestations ont eu lieu en soutien à sa famille et pour réclamer justice. Dans les Hauts-de-Seine, 18 personnes ont été interpellées, depuis le début d’après-midi, mercredi 28 juin, annonce la préfecture, selon des propos rapportés par Le Parisien.

22:41 – Paul Pogba rend hommage à Nahel

Le footballeur Paul Pogba a rendu hommage au jeune Nahel, tué à Nanterre par un tir de police, mardi 27 juin. “Mes condoléances à sa maman et sa famille. Personne ne mérite de mourir à 17 ans et encore moins pour un refus d’obtempérer… Que justice soit faite”, a écrit le sportif sur Twitter. D’autres footballeurs ont rendu hommage à Nahel, à l’instar de Kylian Mbappé ou d’Aurélien Tchouaméni. L’acteur Omar Sy a, lui aussi, demandé que justice soit rendue.

22:10 – Un bus incendié dans l’Essonne

Le porte-parole de la préfecture de Paris a affirmé sur BFM TV que des épisodes de violences “sporadiques” avaient lieu dans les Hauts-de-Seine, mercredi 28 juin. Le Parisien rapporte que des incendies ont eu lieu à Nanterre, mais aussi à Grigny, où un bus a été incendié à quelques dizaines de mètres du lieu où, en 2017, quatre policiers avaient été attaqués.

21:40 – Des incendies dans le quartier de la Reynerie à Toulouse

Au lendemain de la mort de Nahel, tué par balles par un policier, des marches ont eu lieu à travers la France, mercredi 28 juin. Une cinquantaine de personnes s’est retrouvée à Toulouse, dans le quartier de la Reynerie. Selon plusieurs vidéos publiées sur les réseaux sociaux, d’importants incendies sont en cours, rapporte France 3 Occitanie. Les vidéos d’une journaliste de La Dépêche du midi montrent de gros panaches de fumée noire qui s’échappent du quartier.

21:10 – La circulation des bus perturbée à Nanterre et en Seine-Saint-Denis ?

Plusieurs lignes de bus ne circulent pas, mercredi 28 juin, après les tensions provoquées par la mort de Nahel, 17 ans, lors d’un contrôle de police. Les lignes 159, 304 et 559 ne circulent plus, indique BFM TV. Par ailleurs, la circulation d’autres lignes pourrait être perturbée selon l’évolution de la soirée. Mardi soir, des tensions avaient éclaté jusqu’à Aulnay-Sous-Bois et la Transdev, qui s’occupe des bus en Île-de-France, se réserve le droit d’interrompre ses lignes, rapporte Le Parisien.

20:40 – La garde à vue du policier va se poursuivre durant la nuit

Le policier qui a tiré sur Nahel à Nanterre a été placé en garde à vue pour “homicide volontaire”, mercredi 28 juin. Celle-ci va se poursuivre durant la nuit, a annoncé le parquet de Nanterre dans un communiqué, relayé par franceinfo. L’ouverture d’une information judiciaire est “envisagée”, a ajouté le parquet.

20:10 – Une proposition de loi déposée pour “mieux encadrer les tirs policiers lors des refus d’obtempérer”

Des députés, dont Sophie Taillé-Polian, députée Génération.s ont déposé une proposition de loi, mercredi 28 juin, visant à “mieux encadrer les tirs policiers lors des refus d’obtempérer”. Sur Twitter, la députée explique qu’une précédente loi, du 28 février 2017 relative à la sécurité intérieure, a changé les conditions dans lesquelles les policiers peuvent tirer. “Lorsqu’un·e conducteur·trice d’un véhicule n’obtempère pas et est simplement ‘susceptible’ de porter atteinte à leur vie ou à celle d’autrui, les forces de police peuvent tirer”, rapporte-t-elle.

19:40 – Le gouvernement a présenté ses condoléances à la mère de Nahel

Olivier Klein, le ministre de la Ville, s’est entretenu avec la mère de Nahel, selon une information de BFM TV. À la demande du président de la République et de la Première ministre, il lui a présenté les condoléances du gouvernement.

19:10 – Le profil de l’adolescent tué à Nanterre se précise

Nahel est un jeune de 17 ans, mort à Nanterre, mardi 27 juin, lors d’un contrôle routier. Selon BFM TV, le jeune homme était inscrit en CAP électricité dans les Hauts-de-Seine, mais était souvent absent et était devenu livreur. Sa famille et les avocats de la famille dépeignent un garçon “très aimé” dans son quartier. Si le casier judiciaire de Nahel était vierge, il avait tout de même déjà eu affaire à la police. Il avait été présenté à un juge pour enfants pour un refus d’obtempérer qui datait de janvier 2022. Quelques jours avant sa mort, il a été placé en garde à vue, samedi 24 juin, pour le même motif.

18:40 – Après des violences urbaines, 2000 policiers et gendarmes mobilisés

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé que 31 interpellations avaient eu lieu, mardi 27 juin dans la soirée, à la suite de violences urbaines, en réaction à la mort du jeune Nahel. Mercredi, il a appelé au calme et a informé la mobilisation de 2 000 policiers et gendarmes mercredi 28 juin au soir, notamment aux alentours de la préfecture des Hauts-de-Seine.

18:19 – La mère de Nahel appelle à une marche blanche

La mère du jeune Nahel, tué à Nanterre mardi 27 juin, appelle à une marche blanche. Dans une vidéo publiée sur le réseau social TikTok, elle appelle à rendre hommage à son fils, jeudi 29 juin, à 14h, devant la préfecture des Hauts-de-Seine, indique RTL. La femme, qui se dit “dépourvue” après la mort de son fils, réclame “justice pour Nahel”.

17:59 – La responsabilité pénale du policier étudiée via deux articles de lois clefs

Après la mort du jeune Nahel, visé par un tir de policier, l’IGPN est chargée d’une enquête pour “homicide volontaire par personne dépositaire de l’autorité publique”. Elle doit établir si le policier était dans son bon droit lorsqu’il a ouvert le feu. Ces investigations sont souvent longues et très techniques et doivent être vues par le prisme de deux articles : le L122-5 du code pénal qui prévoit la légitime défense et le L435-1 du code de la sécurité intérieure qui encadre l’usage des armes par les membres des forces de l’ordre.

Le premier dispose que “n’est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l’atteinte”. À noter que les deux articles précisent que la réaction doit être strictement proportionnée et répondre à une absolue nécessité.

17:43 – Le policier a soutenu la thèse de la légitime défense en garde à vue

En garde à vue depuis la matinée du mardi 27 juin, le policier auteur de tir mortel contre Nahel “aurait soutenu avoir agi en état de légitime défense” lors des premières auditions, selon les informations du Parisien. Il aurait affirmé s’être placé à l’avant de la Mercedes pour stopper le jeune conducteur et l’adolescent aurait tenté de prendre la fuite en lui fonçant dessus selon ses premières déclarations, une version susceptibles d’évoluer puisque le policier est confronté aux premiers éléments de l’enquête qui contredisent son récit.

17:34 – Trois plaintes déposées par la famille de Nahel

Ce sont bien trois plaintes qui vont être déposées par les avocats de la famille de Nahel a affirmé Me Yassine Bouzrou au micro de Brut : l’une pour homicide volontaire contre le policier auteur du tir, une deuxième pour complicité contre le collègue du policier et une dernière pour “faux en écriture publique”. Cette dernière vise la première version des faits mensongère donnée par les policiers et qui a été retenue sur les procès verbaux.

LIRE PLUS

En savoir plus

Que s’est-il passé à Nanterre ce mardi 27 juin ?

Le contexte du fait divers qui s’est déroulé à Nanterre est encore assez flou. Selon les premiers éléments, le conducteur de la voiture aurait commis plusieurs infractions au code de la route dans la matinée avant d’être approché par deux policiers à moto vers 8h30, à hauteur de la station de RER Nanterre-Préfecture, aux abords de la place Nelson-Mandela, derrière le quartier d’affaires de La Défense.

Le véhicule est alors à l’arrêt passage François-Arago. Sur la vidéo qui tourne en boucle depuis l’après-midi du 27 juin sur les réseaux et dans plusieurs médias, on aperçoit les deux policiers, des membres de la compagnie territoriale de circulation et de sécurité routière du 92, à côté de la berline jaune, du côté conducteur, où la vitre est abaissée. Plusieurs mots sont échangés alors qu’un agent tient en joue le jeune homme au volant.

C’est quand le conducteur semble redémarrer que l’agent de police armé lui tire dessus, selon les images authentifiées par l’AFP. La voiture s’échappe puis va s’arrêter quelques dizaines de mètres plus loin en s’encastrant dans un poteau. Le jeune homme a été déclaré mort à 9h16. Selon les premiers éléments de l’enquête rapportés de source policière à l’AFP, le conducteur du véhicule, une Mercedes AMG qui avait été louée, avait commis plusieurs infractions au code de la route. A la vue de motards de police, il s’est d’abord arrêté, avant d’accélérer.

Dans un premier temps, des sources policières ont affirmé que le véhicule avait foncé sur les forces de l’ordre. “Ce véhicule a commis un premier refus d’obtempérer puis a été bloqué dans le flot de la circulation”, a affirmé le préfet de police de Paris, Laurent Nuñez, sur BFMTV dans l’après-midi. “Le fonctionnaire a pu se sentir menacé”, selon lui. La version policière des faits a rapidement état contredite par les vidéos de la scène.

Le jeune homme de 17 ans, qui a perdu la vie mardi 27 juin 2023 à Nanterre à la suite d’un refus d’obtempérer lors d’un contrôle de police à Nanterre, s’appelait Nahel M. Né en 2006, l’adolescent était connu des services de police pour conduite sans permis, mais également refus d’obtempérer, cependant il ”n’avait aucun casier judiciaire” selon les avocats de la famille de la victime. Le jeune homme qui travaillait comme livreur est décrit comme “un garçon adorable” par une voisine. “C’était une crème”, a-t-elle confié au Parisien, précisant que Nahel M. était le seul enfant de sa mère. L’adolescent habitait le quartier Salvador-Allende. 

Où en est l’enquête sur la mort de l’adolescent ?

Dans son communiqué publié mardi 27 juin en début de soirée, le parquet a fait savoir que le policier qui a mortellement touché Nahel M. à Nanterre a été placé en garde à vue pour “homicide volontaire”. La garde à vue a été prolongée dans la matinée du mercredi 28 juin. De son côté, le passager qui n’avait pas pris la fuite est sorti de garde à vue à l’issue de son audition, en début d’après-midi. Le troisième passager, qui avait, lui, pris la poudre d’escampette, est pour sa part “toujours recherché”, a-t-il été précisé. Concernant les opérations de dépistage d’alcoolémie et de consommation de produits stupéfiants, celles-ci ont été “réalisées et se sont avérées négatives”, a fait savoir le parquet qui a par ailleurs annoncé qu'”une autopsie et des examens complémentaires notamment en matière de toxicologie ont été ordonnés et doivent être réalisés” mercredi 28 juin. 

Plus tôt dans la journée, l’avocat de la famille de l’adolescent, Yassine Bouzrou, avait annoncé le dépôt de trois plaintes : une pour “homicide volontaire”, visant le policier incriminé, une autre contre son collègue et une troisième pour “faux en écriture publique”. Il estime en effet que les policiers “ont menti ce matin en affirmant que le véhicule du jeune Nahel avait tenté de les percuter” et que “la vidéo dément formellement ce que les policiers ont affirmé”.

Deux enquêtes en flagrance ont été ouvertes par le parquet de Nanterre. Le commissariat de Nanterre et la Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine se sont vus confier celle pour refus d’obtempérer et tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique. L’IGPN a été saisie pour homicide volontaire par personne dépositaire de l’autorité publique. Le parquet a précisé que le jeune homme mort était connu des services de justice notamment pour conduite sans permis et refus d’obtempérer.

De nombreuses réactions, un dispositif de sécurité à Nanterre

La grand-mère de la victime s’est exprimée sur BFMTV dans la journée, estimant que “c’est les policiers qui […] ont tué” son petit-fils de 17 ans et qu'”ils lui ont tiré sur le cœur”. Le maire de Nanterre, Patrick Jarry, a de son côté appelé “au calme”, malgré des images “accablantes”. Il a réclamé “toute la vérité et vite”.

À l’Assemblée, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a fait de même dans l’après-midi ce mardi, précisant que les policiers étaient auditionnés par les services de la justice. “Nous ne connaissons pas – sauf les images extrêmement choquantes que j’ai vues comme beaucoup de Français – les conditions exactes”, a-t-il assuré. Évoquant “un drame”, il a dit être “attaché à la protection de l’innocence des accusés, notamment de celui qui a tiré et qui devra rendre compte de ses actes”.

“Ce geste m’interpelle”, a complété le préfet de Police de Paris Laurent Nuñez sur BFMTV qui a décrit un fonctionnaire “lui-même très choqué par ce drame”. Laurent Nuñez a indiqué qu’un “dispositif de sécurisation” avait été mis en place à Nanterre “et le restera le temps qu’il faudra”. Une quarantaine de personnes s’étaient déjà rassemblées en début d’après-midi ce mardi, près des lieux du drame, larmes aux yeux, pour partager leur “colère”. Mardi soir, des incidents ont eu lieu en début de soirée à Nanterre. Des poubelles et du mobilier urbain ont notamment été incendiés. Sept personnes avaient été interpellées vers 20 heures. Les forces de l’ordre étaient mobilisées. 

Source link