News

l’opposition en ordre dispersé à l’approche des élections

Publié le :

Au Gabon, la future réforme constitutionnelle a été votée, jeudi 23 mars, par l’Assemblée. Le texte, issu des concertations politiques de février, prévoit l’alignement des mandats politiques sur cinq ans, la non-limitation des mandats ou encore l’adoption du scrutin à un tour pour toutes les élections. Le texte, voté à une majorité écrasante, doit maintenant passer devant le Sénat. Mais lors du vote de jeudi, l’opposition s’est divisée.

Certains opposants ont voté contre le texte et d’autres se sont abstenus, nouvelle preuve des désaccords au sein de l’opposition, alors que cette dernière devra proposer une candidature unique à la présidentielle si elle veut l’emporter.

Ainsi, depuis janvier, les opposants ont affiché des désaccords sur plusieurs dossiers sensibles comme la participation au Centre gabonais des élections, aux concertations politiques ou encore le vote de la réforme constitutionnelle.

« Ces divergences ont permis une clarification. Ceux qui soutiennent la politique du pouvoir ne peuvent pas se réclamer de l’opposition », estime Jean-Gaspard Ntoutoume Ayi, vice-président de l’Union nationale.

L’opposition est donc désormais fracturée entre ses principales forces : UN, PSD ou encore RPM d’un côté, et PG41 et Les Démocrates de l’autre.

« Ils n’y a plus de discussions. Ils n’ont pas joué franc-jeu et ne sont pas sincères. Je ne suis pas un radical, je veux d’abord que le pays aille bien. Donc, je parle avec tout le monde », indique Louis Gaston Mayila, qui avait participé aux concertations avec le pouvoir. Le président de la PG41 se dit néanmoins prêt à renouer le dialogue avec les autres.

Pour Séraphin Akure Davain, « l’ambiance est délétère mais certains se trompent de cible. J’ai été insulté, traîné dans la boue et l’union semble de plus en plus difficile », dit le président honoraire du parti Les Démocrates, tout en souhaitant que chacun dépasse ses états d’âme, car « se parler est vital », selon lui.

Mais c’est sans compter des divisions internes. Chez Les Démocrates, certains reprochent à Séraphin Akure Davain et ses députés de s’être abstenus, jeudi, au lieu de s’opposer au projet de réforme. « C’est contraire aux orientations du mouvement. Certains s’affranchissent et collaborent avec le pouvoir », indique une bonne source.

Le leader du parti, Guy Nzouba Ndama, toujours empêtré dans des déboires judiciaires, semble lui, pour l’instant, impuissant.

► À lire aussi: Gabon: l’opposition se veut prudente face à l’annonce d’un dialogue politique

Source link