Politics

Soudan. Les combats ont repris, la France évacuera ses diplomates et ressortissants avec ses propres avions

Soudan. Les combats ont repris, la France évacuera ses diplomates et ressortissants avec ses propres avions

L’accalmie n’aura été que de courte durée : alors que l’armée soudanaise avait annoncé vendredi soir vouloir établir un cessez-le-feu de trois jours, les combats meurtriers entre l’armée régulière et les paramilitaires ont finalement continué samedi. Dans le même temps, les évacuations de civils étrangers ont débuté. La première grande opération d’évacuation de civils depuis le début des combats a été annoncée samedi par l’Arabie saoudite qui a rapatrié ses citoyens et des ressortissants d’autres pays.

Plus de 150 personnes, dont des diplomates et des responsables étrangers sont arrivés à Jeddah, ville portuaire d’Arabie saoudite, selon les Affaires étrangères saoudiennes. L’évacuation a été effectuée par les forces navales du royaume avec le soutien d’autres branches de l’armée, a indiqué le ministère saoudien dans un communiqué, annonçant « l’arrivée en toute sécurité » de 91 citoyens saoudiens et environ 66 ressortissants de 12 autres pays.

Des premières évacuations effectuées, la France le fera par ses propres moyens

Il s’agit notamment du Koweït, du Qatar, des Emirats arabes unis, de l’Egypte, de la Tunisie, du Pakistan, de l’Inde, de la Bulgarie, du Bangladesh, des Philippines, du Canada et du Burkina Faso, selon le communiqué. « Des diplomates et des responsables internationaux » faisaient partie des personnes secourues, selon la même source. De son côté, l’armée soudanaise a annoncé que « les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et la Chine évacueraient leurs diplomates et leurs ressortissants avec leurs avions militaires ».

Depuis plusieurs jours, les États-Unis, la Corée du Sud et le Japon ont déployé des forces dans les pays voisins, et l’Union européenne envisage de prendre de mesures similaires en vue d’évacuer leurs diplomates et ressortissants du Soudan. Les ministres allemands de la Défense et des Affaires étrangères ont annoncé avoir tenu une réunion de crise samedi sur la faisabilité d’une évacuation, après que trois avions militaires se sont vus contraint de faire demi-tour mercredi, a rapporté le magazine allemand Der Spiegel.

Si la nuit a été relativement calme à Khartoum privée en grande partie d’électricité et d’eau courante, de fortes explosions ont secoué la capitale dans la journée et des échanges de tirs ont été entendus dans différents quartiers. Vendredi, l’armée a pourtant annoncé avoir « accepté un cessez-le-feu de trois jours » pour l’Aïd al-Fitr, qui marque la fin du mois sacré du jeûne musulman. L’ONU, les États-Unis et d’autres pays avaient appelé à l’arrêt des combats.

Mais une nouvelle fois, l’armée et les FSR n’ont pas respecté leurs engagements de faire une pause pour permettre aux civils de fuir et aux pays étrangers de rapatrier leurs ressortissants. Le bilan encore très provisoire s’élève à 413 morts et 3 551 blessés, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Source link