Politics

une enquête ouverte pour tentative d’homicide

une enquête ouverte pour tentative d'homicide

Le parquet de Rennes a annoncé lundi avoir ouvert une enquête pour tentative d’homicide volontaire après qu’un CRS a été blessé samedi par un cocktail molotov lors de heurts dans la capitale bretonne en marge de la mobilisation contre la réforme des retraites.

« Nous avons ouvert une enquête criminelle confiée à la sûreté départementale pour tentative d’homicide volontaire sur personnes dépositaires de l’autorité publique s’agissant du jet d’un cocktail Molotov place de la République ayant blessé trois CRS, dont un plus sérieusement (à la suite de l’inflammation de sa tenue) », a indiqué Philippe Astruc, procureur de la République de Rennes. « Les examens médicaux réalisés sur les policiers victimes » évoquent, « à ce stade, des ITT de 8 à 10 jours », précise un communiqué du parquet ce lundi soir.

Quatre personnes déférées

Quatre personnes interpellées samedi, âgées de 18 à 24 ans et sans antécédents judiciaires, ont été déférées.

Poursuivi en comparution immédiate des chefs de « violences sur fonctionnaires de police » et « port sans motif légitime d’artifice détonant », un homme a obtenu le renvoi de son affaire au 20 mars et est placé jusqu’à cette date sous contrôle judiciaire.

Deux autres seront poursuivies le 7 mars, notamment pour « violences sur fonctionnaires de police », et sont également placées d’ici-là sous contrôle judiciaire.

Une quatrième a été condamnée lundi pour rébellion à 105 heures de travaux d’intérêt général à effectuer dans les 18 mois dans le cadre d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (Crpc).

Des brûlures au 2e degré

Dimanche, dans un communiqué, le préfet d’Ille-et-Vilaine avait dénoncé des « violences inacceptables » commises samedi dans la capitale bretonne en marge de la manifestation qui avait réuni 25500 personnes, selon un chiffrage de la préfecture. 

« Le mélange inflammable a heurté le bouclier d’un agent CRS et s’est répandu sur ce dernier éclaboussant au passage deux autres collègues. Luttant contre les flammes, ils ont immédiatement été secourus par le camion lanceur d’eau qui les a arrosés pour éteindre l’embrasement », a déclaré Emmanuel Berthier. 

« Pris en charge par un secouriste opérationnel puis par les pompiers, ils ont été transportés à l’hôpital pour une prise en charge médicale. Le premier agent souffre de brûlures au 2e degré et les deux autres de brûlures au 1er degré. C’est à l’action immédiate de leurs collègues et du camion lanceur d’eau que nous devons d’avoir évité le pire », a estimé le préfet.

Source link